Un titre qui fait toujours froid dans le dos, même si le vieillissement cutané est couramment expliqué, détaillé, disséqué pour mieux l’apprivoiser et peut être pour se rassurer qu’il concerne tout le monde et que nous aimerions quand même l’éviter en trouvant une solution rapidement. Atténuer les défauts accentués par un teint terne, traiter les signes du vieillissement et redonner à la peau l’éclat de la jeunesse, sont les principaux objectifs du peeling. Cela tombe à point car c’est le sujet de cet article.

Oui, mais le peeling est-il dangereux ? Vais-je retrouver mon visage d’avant ? Je ne pourrais plus jamais aller au soleil ? Les résultats sont-ils immédiats ? autant de questions que le peeling impose.

Rassurez-vous les peelings existent depuis longtemps, puisque déjà, dans l’Antiquité égyptienne, les femmes raclaient le fond des tonneaux de vin rouge pour en récolter l’acide tartrique et s’exfolier la peau. Les Égyptiennes dont Cléopâtre aimaient prendre des bains au lait d’ânesse contenant de l’acide lactique pour assouplir et adoucir leur peau.

À la Renaissance, le jus de citron contenant de l’acide citrique était utilisé comme exfoliant.

Enfin, la décoction de la canne à sucre aux Antilles permettait de récupérer l’acide glycolique. L’utilisation de ces procédés et les gestes qui les accompagnent ont pour effet de lisser la surface de la peau, de l’exfolier en douceur, la rendant ainsi plus belle et plus claire. Il a fallu attendre le XXe siècle que l’utilisation des peelings prenne une tournure médicale avec la mise en place d’un cadre scientifique.

Nous avons la chance d’avoir à disposition différents types de peelings allant du plus doux au plus fort. Mais le but ultime et unique du peeling c’est la stimulation. Cet acte permet de produire des actions en cascade jusqu’à la production de collagène, l’élimination des ridules, des taches en bénéficiant d’une réorganisation de l’épiderme pour retrouver une peau lisse et impeccable.

Il s’agit d’un acte de stimulation et non d’un acte de destruction, quel que soit le peeling proposé, superficiel ou profond.

– Les peelings doux à base d’acide lactique ou d’acide glycolique au pourcentage maximum de 30 % ne comportent pas de risques importants. Lorsque les concentrations d’acide glycolique sont plus fortes, l’acné peut être traitée comme les taches superficielles.

Le protocole comprend généralement une répétition d’un peeling tous les 7 à 15 jours, jusqu’à six peelings, en complément de soins cosmétologiques personnalisés permettant de préparer la peau, de stimuler non pas seulement l’épiderme mais également le derme. Ainsi, l’épiderme sera régularisé et le derme réépaissi. La peau va devenir plus douce, plus lumineuse, homogène. Les pores seront resserrés et les taches vont diminuer voire disparaitre si elles sont relativement superficielles.

Les peelings moyens agissent plus en profondeur que les peelings doux et vont traiter plus efficacement les manifestations du vieillissement cutané. Ils s’adressent aux personnes présentant des rides, des taches et parfois des cicatrices d’acné plus importantes.
En fonction de l’état cutané et des résultats attendus, nous établirons systématiquement un protocole composé d’un bilan cosmétologique personnalisé afin d’encadrer le peeling car la phase avant et après l’acte est aussi importante que l’acte lui-même.

En fonction du peeling choisi, la desquamation de la peau est plus ou moins importante. L’éviction sociale est absente avec un peeling doux et de quelques jours de peluchage avec un peeling moyen. Chaque séance est suivi d’une séance de LED afin d’apporter une photomodulation de l’inflammation et maximiser la régénération de la peau.

Quant au peeling profond, véritable lifting médical permettant un rajeunissement durable de 10 à 15 ans, je vous en parlerai plus en détail dans un prochain article.

Le Centre de Médecine Esthétique et Anti-Âge du Grand Besançon vous apporte donc la solution la plus adaptée à vos besoins. L’éclat est une émotion, un instant, quelque chose d’immatériel, d’insaisissable nous laissant rêveur.

Articles recommandés